Alexis Tambwe Mwamba, ministre des affaires étrangères au Congo, a raté sa sortie à Paris, pour plusieurs raisons, mais je citerai ici simplement une seule et capitale et je fais l’économie d’autres.

Allons-y avec un parallélisme ! Tout le monde vit sans que ça soit un secret les théâtres des combats qui se déroulent sous nos yeux que ce soit en Irak, Afghanistan, et pourquoi pas, en Palestine face à l’Israël, de peuples déterminés à défendre leurs terres, leurs droits, face à l’étranger/ou adversaire/ou un ennemi, d’une manière ou d’une autre. Aucune fois, tenez : un ministre irakien des affaires étrangères, Afghan, et que sais-je, ne se sont jamais mis debout pour tenir une rhétorique insidieusement démobilisatrice de leurs troupes respectives, face au monde, et dénonçant le fait en des termes aussi enfantins. Pas du tout. Les pays concernés ici font face aux forces états-uniennes, (la première puissance mondiale), face aux forces occidentales. Les Irakiens, les Afghans, les Palestiniens sont debout comme un seul homme et se battent. Ils connaissent leurs ennemis.

Ainsi vu, lu et entendu. Est-ce le cas dans la sortie d’Alexis Tambwe Mwamba à Paris ? Je ne le pense. Tambwe a brillé, par contre, dans les élucubrations et jérémiades contre le Rwanda, la Monuc et puis contre certaines puissances étrangères sans les nommées définitivement. C'est quel homme est-ce ?

M. Tambwe observe le complot externe face au Congo mais Tambwe ne dit mot sur le complot interne dont le Congo souffre et dont le nom n'est autre que Kabila ! La ratée de la sortie de M. Tambwe, à Paris, est grandement ici. Tambwe reconnaît qu’il existe au sein de l’armée nationale 9 généraux tutsis, 13 colonels, 300 majors, - au-delà des ministres, des membres du parlement et du sénat. C’est une bonne révélation. Mais qui a donc nommé tous ces individus aux grades et fonctions de commandement qu’ils occupent dans la hiérarchie au Congo ? Et quel est le résultat du travail que ces individus ont rendu et rendent encore au Congo chaque jour qui passe ?

C’est à ce niveau que M. Tambwe Mwamba a raté sa sortie. Pour votre information, je tiens à vous dire que les militaires nommés par Kabila au sein de l’armée nationale livrent des armes et munitions toutefois qu’il y a guerre entre les soldats du Congo face aux rebelles de NKunda. Musheke, Rumangabo et certains villages de l’Est du Congo, illustrent bien le fait. Ce n’est pas tout. Les mêmes traîtres au sein de l’armée fournissent les renseignements sensibles sur les positions des troupes Congolaises en guerre contre NKunda. Les soldes et rations de soldats Congolais ne sont pas versés. Les généraux, colonels, et majors, cités par Tambwe jouant donc aux traîtres-bouchons face à une éventuelle victoire Congolaise sur NKunda !

Plus de 25 000 soldats Congolais sont battus à plate couture toutefois qu’il y a une tentative de guerre entre l’armée nationale et les rebelles NKunda ! Au sud Kivu, l’opinion sait que Kabila neutralisa le général Congolais Mbuja Mabe qui fut pourtant un rempart face à l’invasion Rwandaise de Kagame. Dans le Nord Kivu tous les commandants affectés à la besogne sont tous issus du RCD-Goma, donc un groupe mono-ethnique tutsi ! Un État dans un État ! Les prémisses d’annexassions des terres du Congo au Rwanda.

Tenez ! Partout au monde, les fonctions publiques, sont destinées aux individus qui en principe se doivent de défendre leur territoire. Leur nation… Est-ce le cas au Congo ? La réponse est non. Tambwe Mwamba le vit. Il le sait. Il sait que Kabila ne joue pas son rôle de protecteur numéro 1 de territoire, des hommes et de leurs biens, à la tête du Congo. Il joue très clairement au traître ni moins ni plus. C’est tout cela que Tambwe Mwamba se devait de déclarer publiquement et déclencher en conséquence une campagne devant aboutir à la destitution de Kabila de ses fonctions à la tête du Congo.

Tambwe Mwamba a raté sa sortie…