«Si chacun pense uniquement à ses propres intérêts, le monde ne peut qu'aller à la ruine.» - Pape Benoît XVI, Message de Noel 2008.

Paraphrasons cette citation du Pape: «Si chacun pense uniquement à ses propres intérêts, la République Démocratique du Congo ne peut qu'aller à la ruine.»

Mieux vaut tard que jamais! Les hommes d'affaires autochtones du Kivu enfin raménés à la raison!

En effet, à Bukavu, une filière aurifère dans la province du Sud Kivu pour combattre les exportations frauduleuses vers l'Ouganda, le Rwanda, le Burundi, la Tanzanie et le Kenya, vient de voir le jour.

Tout l'or produit au Sud-Kivu doit désormais contribuer à la relance économique de cette province et de la RDC, et non enrichir les pays voisins : le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi, la Tanzanie, le Kenya, notamment. Tel est l’objectif du Centre d’évaluation et d’expertise des matières minérales (CEEC) qui vient de lancer une filière aurifère dans cette province, rapporte radiookapi.net

La cérémonie de lancement de cette filière a eu lieu vendredi à Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu. D’après l’Adg du CEEC, ce sont le Rwanda, l’Ouganda, le Burundi, la Tanzanie et le Kenya qui profitent des matières précieuses produites dans cette partie du pays au détriment de la RDC.

Selon la source, en 2007, ces trois pays ont déclaré sur le marché mondial une production d’or 20 fois plus élevée que celle de la RDC alors qu’ils ne disposent pas autant de gisements aurifères que le Congo. C’est la conséquence, selon l’Adg du CEEC, des exportations frauduleuses de négociants congolais vers ces trois pays voisins.

Ainsi, en vue d’encourager ces négociants à jouer franc jeu, le CEEC a annoncé la réduction des taxes que l’Etat congolais impose aux négociants et aux tenanciers de comptoirs d’achat d’or. Par exemple, pour ouvrir un comptoir d’achat d’or, la taxe a été divisée par 10. Elle est passée de 75 000 à 7 500 USD.

Lutte contre la corruption: les choses bougent enfin en RDC!

Six députés nationaux aussi bien de l’opposition que de la majorité, seraient menacés de perdre leur immunité parlementaire. C’est une procédure qui permettra qu’ils aillent devant la justice justifier de graves accusations portées contre eux. Car, ces députés nationaux sont accusés d’avoir été corrompus par la Direction générale des Impôts (DGI) dans le but de diminuer l’apport d’une régie financière, la DGI (Direction générale des Impôts) pour ne pas la citer, au projet de budget 2009, selon l'Avenir.

Par ailleurs, plusieurs officiers des FARDC sont aux arrêts pour détournement de solde des militaires à travers les régions militaires du pays!

La RDC a besoin d'une loi qui interdirait aux militaires de pratiquer toutes activités commerciales concomitamment avec leur service sous les drapeau.

Selon le tout dernier rapport de l'ONU, les officiers Tutsi de la 85eme brigade des FARDC issus du RCD-Goma/Kigali ont investi la plus grande mine de cassiterite de Bisie au Nord Kivu. Ces officiers y exploitent le coltan et la cassiterite qu'ils vendent au Rwanda, au Burundi, en Ouganda et au Kenya. Les FDLR qui dominent la production artisanale de l'or, de la cassiterite et du coltan au sud Kivu en font autant.

Les hommes d'affaires Rwandais et les ministres du gouvernement de Paul Kagame viennent d'acheter des fermes dans les territoires sous controle de Nkundabatware et font amener les vaches du Rwanda pour les y faire paître dans les riches paturages du Nord Kivu moyennant des taxes exhorbitantes au CNDP. Rappellons que le Rwanda vient d'introduire des restrictions légales quant au nombre de têtes de vaches qu'un individu peut posseder et la grandeur de la superficie qu'il peut occuper pour les faire paître. Le Rwanda est confronté au problème de surpopulation dans un pétit pays d'éleveurs à court de paturage et d'espace vital.

Les officiers du CNDP à eux-seuls possèdent 1.500 têtes de vaches estimés à une valeur de $740,000. Vous comprenez pourquoi tous les protagonistes ne sont pas intérêssés à la cessation des hostilités et à la fin de la guerre!

Six puissantes multinationales anglophones veulent dicter la loi du plus fort à la RDC!

Elles boudent la révisitation des contrats miniers sensée revoir les contrats miniers léonins qui leur profitent au détriment du Congo.

Il s'agit de Freeport-McMoRan (Etats-Unis d'Amérique), First Quantum, Banro (Britannique), AngloGold Ashanti (Britannique) , Gold Fields (Afrique du Sud) et Mwana Africa (Britannique).