Le chef-lieu de l’Equateur était en effervescence ce lundi matin. Les militants du Mouvement de Libération du Congo, MLC, ont marché sur les grandes artères de la ville, en signe de protestation contre l’arrestation à Bruxelles de leur président Jean-Pierre Bemba par la justice belge. Toutes les activités sont paralysées : magasins, écoles et marchés n'ont pas ouvert ce lundi à Mbandaka, constate radiookapi.net

Des milliers de militants du MLC de la ville de Mbandaka et de ses environs sont descendus dans les rues pour fustiger ce qu’ils qualifient d’« empressement de la procédure d’arrestation » de Jean-Pierre Bemba, leader de l’opposition congolaise.

Pendant la marche pacifique, les manifestants ont scandé des chansons demandant à la Cour pénale internationale de libérer sans condition Jean-Pierre Bemba. Parmi eux, des personnes de troisième âge en pleurs.

Le mot d’ordre lancé samedi soir par la fédération du MLC/Equateur a été suivi. Aucune activité dans la ville : écoles, magasins, boutiques et marchés sont restés fermés. Selon Nicolas Isofale, président fédéral du MLC/Equateur, la CPI « se substitue à une cour d’accompagnement de règlement des conflits politiques pour servir les intérêts partisans du gouvernement soutenu par l’Occident ». Partie du siège du parti, cette marche a eu comme point de chute la Monuc/Mbandaka où les manifestants ont déposé un mémorandum.