KINSHASA — Le président de l'ONG congolaise des droits de l'Homme La Voix des sans-voix (VSV), a été retrouvé mort mercredi dans sa voiture sur une route à la sortie de Kinshasa, a-t-on appris de source policière.

Floribert Chebeya, 47 ans, qui n'avait plus donné de nouvelles depuis mardi soir, a été retrouvé "sans vie, allongé sur le siège arrière de (sa) voiture, apparemment sans trace visible de violence", a déclaré à l'AFP le général Jean de Dieu Oleko, inspecteur provincial de la police pour la ville de Kinshasa.

La voiture a été retrouvée sur une route au sud-ouest de la capitale congolaise en allant vers la province du Bas-Congo (sud-ouest). Egalement membre de la VSV, le chauffeur qui conduisait la voiture de M. Chebeya n'a pas été retrouvé "jusque-là", a ajouté le policier.

La Voix des sans-voix avait publié un communiqué auparavant s'inquiétant de la "disparition" de son président et de son chauffeur depuis mardi vers 21H00.

Les deux hommes n'avaient plus donné de nouvelles après s'être rendus à l'inspection générale (IG) de la police nationale congolaise (PNC) à Kinshasa, selon la VSV.

L'ONG indique dans son communiqué que Floribert Chebeya avait reçu mardi matin un appel téléphonique "l'invitant à répondre à un rendez-vous sollicité auprès de l'Inspecteur général de la PNC", le général John Numbi. Le président de la VSV s'est alors rendu aux bureaux de l'IG avec son chauffeur.

L'épouse de M. Chebeya a échangé plusieurs SMS avec son mari dans lesquels il indiquait notamment qu'il n'avait "pas pu rencontrer l'IG" et qu'il se dirigeait vers l'Université pédagogique nationale.

A partir de 21H15, M. Chebeya n'a plus répondu aux appels sur son téléphone portable et celui de son chauffeur était fermé.

Selon l'organisation, le 28 mai, un dénommé "monsieur Michel, non autrement identifié, se réclamant de l'inspection générale de la police" s'était rendu à la VSV pour remettre à M. Chebeya un courrier accusant réception d'une lettre de l'ONG demandant à l'Inspection "son intervention pour l'humanisation des conditions carcérales" en RDC.

En l'absence du responsable, le visiteur est parti mais M. Chebeya lui a téléphoné pour le faire revenir afin qu'il donne le courrier à un autre membre de la VSV, ce qu'il a fait.

A la suite de la double disparition, l'ONG a contacté "M. Michel" pour avoir des précisions sur le rendez-vous entre l'IG et M. Chebeya, mais l'interlocuteur "ne reconnaissait pas avoir appelé ce dernier mardi et n'était pas au courant de ce rendez-vous", précise le communiqué de la Voix des sans-voix.