Même si elle a été superbe en prenant de la distance à la mise en scène du « Sommet de la Paix » Kagamé-,Kabila, expressément montée pour la devancer, la Secrétaire d’Etat américaine a omis d’accuser l’Etat -mercenaire du Furher Africain Paul Kagamé, auteur principal des crimes commis en R.D.Congo.

      Même si elle a exprimé une compassion sincère aux violences sexuelles et au sort des femmes victimes, Mme Hillary Clinton a omis les autres crimes : crimes de génocide, crimes de guerre, crimes contre l’humanité perpétrés en R.D.Congo et qui ont la  même nature d’atrocités répugnantes, condamnant leurs auteurs à des peines les plus sévères.

      Même si elle s’est montrée courageuse en dénonçant en toute clarté les causes réelles des guerres en R.D.Congo, la voix cynique de l’immoralité occidentale s’est tue, insensible à témoigner quelque égard à nos morts : PLUS DE CINQ MILLIONS passés à pertes et profits par les commanditaires des dites guerres !

      Elle a ignoré souverainement, avec indécence, de saluer la mémoire des victimes innocentes des causes de « ces guerres de minerais et des richesses » du  Congo.

Après la reconnaissance implicite d’un Etat- victime d’agression pour raison de pillage de ses ressources minières, l’indifférence manifeste de Mme Hillary Clinton à la raison de mémoire et de respect à nos morts est une injure grave au peuple Congolais qui suscite l’indignation et le mépris total de toutes ses recommandations.

     Pour « BANA-CONGO » le seul résultat à escompter de ce manquement délibéré d’éthique, de moralité et de déontologie sera l’aggravation d’une pathologie de haine envers les criminels envahisseurs de tous bords et notamment rwandais « intégrés » au sein de nos institutions, de nos forces de Défense et de Sécurité.

   Pareille incorrection diplomatique pose question de savoir si la nouvelle ligne diplomatique de l’administration OBAMA s’est engagée à cautionner les actes et les abus criminels de destruction massive des populations commis pour pillage, ou si la diplomatie américaine serait-elle  piégée par des arrangements d’oreiller d’un couple pour couvrir le conjoint…  

Dès lors que des actes de pillage et d'exploitation illicite des minerais ont prévalu aux vies humaines congolaises et constituent les finalités des surenchères rwandaises et de leurs commanditaires,

la première conclusion est que :

1. La position internationale de victimisation du Rwanda est fausse.

2. Le prétexte de la chasse aux Hutus est faux.

3. Le génocide Rwandais est faux.

       En considération de quoi, BANA-CONGO" exige un monde de justice neutre et équitable pour tous et fustige l'immoralité occidentale qui pérennise des pratiques inhumaines dans un monde moderne où les civilisations concourent à l'universalité de l'éthique, condamnent l'incapacité néo-libérale à exercer un commerce honnête et qui se livre aux braquages et aux pillages des temps des cavernes d'ALI BABA :

      Etant donné que les U.S.A. sont le premier pays à reconnaître officiellement l’AGRESSION  de la R.D.Congo pour CAUSES CRIMINELLES D’ACTES DE PILLAGE DES RICHESSES MINIERES.

    Pour "BANA-CONGO", le meilleur partenariat d'espoir que l'administration OBAMA peut offrir au peuple congolais serait  que les U.S.A reconnaissent le Génocide Congolais et usent de leurs moyens et de leur puissance pour faire arrêter et livrer aux cours et tribunaux compétents tous les auteurs, co-auteurs exécutants et commanditaires de tous ces CRIMES horribles commis au CONGO sur des innocents.

Le sujet majeur de l'impunité doit se garder d'escamoter sinon d'éluder tant d'horreurs qui ont coûté la vie à plus de 5Millions de morts et ne se focaliser que sur les violations sexuelles.

NON Mme Hillary Clinton, NOUS NE TOURNERONS PAS LA PAGE.

"Nos plaies sont encore béantes et saignantes pour tourner la page de l'histoire".

Pendant des années, BANA-CONGO" s'est fait l'écho des millions de cris de détresse lancés du fond des forets et à travers nos campagnes dévastées, cris hurlants des cases brûlées et des villages en fumée, cris de panique des paysans en errance, cris de terreur des femmes violées et des enfants écrasés et pilés dans des mortiers, cris étouffés sous terre de ceux qui ont été enterrés vivants...

Pendant des années, "BANA-CONGO" s'est fait l'écho de la misère d'un peuple meurtri et victime des hommes en armes au pouvoir, de la paupérisation d'un peuple réduit à vivre dans des conditions infrahumaines

En vain ces cris se sont levés.

En vain le sang a coulé.

        Franchise pour franchise, "BANA-CONGO" toujours solidaire avec le peuple Congolais, ne peut cacher la désolation que la première réponse du monde qui lui parvienne après tant d'années de surdité soit de "tourner la page".

       Aucun compromis ne peut se substituer à la justice que tous réclament au risque de révolter les consciences.

Il s’agit bel et bien d’AGRESSION et l 'acte d'agression selon la Définition du Tribunal de NUREMBERG, c'est le crime international suprême, qui diffère seulement des autres crimes de guerre en ce qu'il contient en lui-même la malfaisance accumulée de tous.

       Le concept de l'agression, défini par le juge ROBERT JACBSON, procureur général des USA à Nuremberg, définition ré-énoncée dans une résolution de l'Assemblée Générale de l'ONU et qui fait autorité:

"L'agresseur" est un Etat qui est le premier à commettre des actions telles qu'invasion d'un autre Etat par ses forces armées, avec ou sans déclaration de guerre ou protection et assistance à des bandes armées formées sur le territoire d'un autre Etat ou refus, en dépit de la demande du pays envahi, de prendre sur son propre territoire toutes mesures possibles pour priver ces bandes de toute aide et de toute protection".

A ce propos le juge Robert Jacbson a insisté sur le principe d'universalité:

"si certains actes de violation des traités sont des crimes ils sont des crimes, que ce soient les USA ou l'Allemagne qui les commettent et nous n’entendons pas établir une règle de conduite pénale contre autrui que nous ne voudrions pas voir invoquée contre nous".

"Nous ne devons jamais oublier que les faits sur les quels nous jugeons ces accusés aujourd'hui, sont les faits sur lesquels l'histoire nous jugera demain.

Tendre un calice empoisonné à ces accusés, c’est le porter nous-mêmes à nos lèvres".

Commentaire de son conseiller, Taylor: " Cet aspect du cas repose sur le postulat que projeter et chercher une guerre d'agression est et sera considéré comme étant une infraction passible de sanctions "Déclaré à Nuremberg.

Qu'il soit donc bien compris qu'il est hors de question d'oublier, d'effacer ces crimes odieux et ces atrocités abominables d'un trait, sur n'importe quelle injonction que ce soit ni à n'importe quel prix.

L'Occident commémore jusqu'à ce jour la guerre de 14 -18 et se rappelle plus de 60 ans après les victimes de la Sohah dont les coupables continuent d'être traqués à travers le monde et traînés devant la justice. Le peuple Congolais ne peut tourner cette page- là des crimes sans une justice neutre impartiale.

C'est dire aussi que Mme Hillary Clinton, en s'en inspirant, interpréte à tort un terme qu'elle emprunte au rapport de International Crisis Group de Octobre 2007, qui écrit:

"Afin de consolider la paix au Congo, il est temps de TOURNER LA PAGE DE LA CULTURE DE L'IMPUNITE qui prévaut depuis longtemps.

Les atrocités commises par les groupes armés sont telles qu'aucun de leurs chefs, à commencer par NKUNDA ne peuvent échapper à des poursuites judiciaires.

Il convient d'adopter une approche consolidée associant des mécanismes judiciaires de niveau international au processus juridique national.

" BANA-CONGO" exhorte l'Administration OBAMA d'éviter l'illogisme qu'elle crée dans ses premiers pas en politique africaine et souhaite la correction appropriée: A savoir, compléter la partie escamotée. Etant entendu qu'il est difficile d'accorder d'une part le fait de fustiger l'impunité et de l'autre d'interdire de jugement des criminels connus de tous: Une chose et son contraire.

       Les conditions de paix dans cette région d'Afrique ne peuvent faire exception des principes de l'universalité sus évoqués. Elles se posent en termes clairs de JUSTICE et de REPARATIONS.

     Cependant, pour "BANA-CONGO" et selon la relation de cause à effet, l'AVEU de Mme Hillary Clinton sur les véritables causes des guerres en R.D.C. ET SON APPEL A "TOURNER LA PAGE DE LA CULTURE DE L'IMPUNITE", renferme des cotés positifs d'application immédiate.

D’où la deuxième conclusion :

1.L'AVEU désigne les instigateurs de "ces guerres des minerais du Congo": Bill Clinton, Tony Blair, le patronat Allemand, José Barroso, Louis Michel, Georges Forrest et les exécuteurs des crimes: KAGAME, MUSEVENI, KABAREBE, les KABILA, NKUNDA, BIZIMA KARHA, RUBERWA et tous les dirigeants de l'AFDL et singulièrement de l'APR.

2. L'AVEU permet de "tourner la page des MENSONGES de l'Occident néo-libéral, de la désinformation entretenue par des vulgaires mercenaires de la plume du genre Colette Braeckman (à incriminer pour association des malfaiteurs génocidaires), et autorie une autre écriture crédible de l'histoire du Génocide Congolais.

3. L'AVEU rend nul le cirque monté du "Dialogue Inter congolais" et toutes les mises en scène de processus électoral, une parodie pour porter au pouvoir des criminels et des pilleurs.

4. L'AVEU confirme de facto l'illégitimité de l'imposture rwandaise à la tête de la R.D.C. qui  est impliquée dans les crimes odieux de l'A.P.R. (Armée Populaire Rwandaise, responsable de 70% des crimes selon les Rapport Roberto Garreton).

5. L'AVEU annule tous les Accords CPGEL, accords sur les "brassages" et autre "AMNISTIE", contrats miniers de tous genres illégitimement conclus pour raisons dévoilées avec des personnes physiques ou morales complices de financement des crimes.

6. L'AVEU oblige la fermeture immédiate de tous les comptoirs miniers dans le KIVU (Nord, Sud, Maniema) et tous les comptoirs miniers en activité en R.D.C après 1995.

7. L'AVEU annule le "contrat chinois" conclu du fait de corruption criante, par amateurisme et sans légitimité.

8. L'AVEU implique l'arrêt immédiat de toute action militaire de poursuite par les FARDC des Hutus du FDLR.

9. L'AVEU exige une REFORME COMPLETE des Forces de Défense et de Sécurité de la R.D.C et de la Territoriale sur base des critères identitaires méticuleusement  élaborés, l'expulsion, le désarmement et la neutralisation de tous les rebelles selon les principes de l'ONU en matières de règlement des conflits délibérément bafoués par Louis Michel, pour affaiblir le Congo et rendre vulnérable la R.D.C. L’AVEU impose la réintégrations et la réhabilitations des ex-Faz et des Forces de Résistantes des TIGRES et des MAI-MAI dans leurs grades et leurs fonctions. réintégration des ex-FAZ et réhabilitation des Forces de Résistance Mai-Mai au sen de l'Armée et de la Police dans leurs grades et fonctions.

10. L'AVEU rend urgent la reprise normale des travaux de la Conférence Nationale Souveraine suspendus pour causes d'invasion armée et l'organisation régulière de véritables élections libres, transparentes et démocratiques dans les normes requises et sans interférence.

     Tel est l'Hymne de "BANA-CONGO" rend avec déférence à la clarté des révélations de la Secrétaire d'Etat américaine, Mme Hillary Clinton, la main tendue pour un partenariat de respect à nos morts et de respect mutuel.

    CONCLUSION :

       Les leçons à tirer de cette tournée de Hillary Clinton sont d’une clarté limpide, sans commentaires et que « BANA-CONGO » limite en quelques questions pertinentes :

1.A TOUS LES CONGOLAIS de la R.D.Congo, Enfants,Jeunes et vieux, Orphelins, Veuves et Veufs, S.D.F. errants dans les forêts ou dans les savanes, Acteurs politiques ou membres de la Société Civile, Hommes de troupe Gradés ou officiers de l’Armée et de la Police, Hommes d’Eglise prêtres ou pasteurs.

Question :

-Ont-ils compris que tous, ils ont été tournés en DERISION par la prétendue 

«  libération » de l’A.F.D.L. à laquelle ils ont cru pendant 13ans.                                                                                                     

    

-Que les JOSE BARROSO, LOUIS MICHEL, C.I.A.T., MONUC, EUFOR, Colette      Braeckman, Georges Forrest… se sont moqués royalement de tous ceux qui ont cru au « Dialogue Inter Congolais » Pour 1+4, Processus Electoral, Elections « libres, transparentes et Démocratiques » ? 

-Le pourquoi des morts en série : Généraux, Journalistes, Comédiens de théâtre, Hommes politiques, Artistes musiciens…

2. A ceux de l’EST du Congo / Kivu : 5.000.000 de morts

Question :

-Ont-ils compris que l’on a abusé de leur confiance et de leur naïveté pour leur arracher leurs terres, leurs richesses ( Réf. Article des Statuts de  l’A.F.D.L.) leur identité et la vie de tous ceux qui leur étaient chers : parents (pères et /ou mères, frères et/ou sœurs, cousines- cousins, neveux- nièces, oncles- tantes, grands-parents, petits-enfants, amis et connaissances.

-Ont-ils compris qu’il leur est même interdit de faire leur deuil et de demander justice ?

-Ont-ils identifié les meneurs de ces œuvres cruelles horribles et funestes et leurs fidèles serviteurs de ces criminels parmi lesquels Apollinaire Malu Malu et Vital Kamerhe.

3 A ceux du Katanga 

Question :

-Ont-ils réalisé l’imposture révélée en tout premier lieu par KYUNGU KUMWANZA un des leurs, forcé de garder silence par feus Honorius Kisimba NGOY et KAKUDJI tués par l’imposteur ?

-Savent-ils que dans le cadre des richesses minières évoquées par Mme Hillary Clinton, 85% du Katanga, découpé en carrés miniers, est déjà vendu.

Des carrés qui couvrent des villes, des villages et même des parties de lacs et rivières.

Et qu’il ne reste de 15% que des marécages autour du lualaba, du fleuve (source :Radio Okapi 10/07/2009 Enquête équipe des chercheurs et techniciens dirigée par un professeur belge Yan Gorus).

    Enfin pour « BANA-CONGO » la grande question majeure à poser à CHACUN concerne les ORIGINES de l’IMPOSTEUR  « JOSEPH KABILA » que des malhonnêtes corrompus ont contournée lors de la parodie électorale. 

                                                                                                    

                                                                                    le Président,

                                                                          AUBIN KIKONKA KILU KANDA