Les FDLR condamnent sans réserve les propos propagandistes, diffamatoires et mensongers tenus par M. Alan DOSS à Kigali le 2 août 2009 à l’endroit des FDLR.

Les FDLR condamnent sans réserve les propos propagandistes, diffamatoires et mensongers tenus à Kigali le 2 Août 2009 par M. Alan DOSS, Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies en RDC et publiés par le journal du régime de Kigali « The New Times » selon lesquels les FDLR seraient responsables de la violence qui sévit actuellement à l’Est de la RDC et que les responsables des FDLR devraient être traduits en justice.

Les FDLR condamnent une fois de plus la guerre que la tripartite composée des armées du dictateur Kagame, de Kabila et de la MONUC ont imposée aux peuples épris de paix de la Région des Grands Lacs de l’Afrique ainsi que tous les divers crimes graves contre l’humanité dont sont victimes le peuple congolais ainsi que les réfugiés Hutu rwandais se trouvant à l’Est de la RDC. Les FDLR demandent encore une fois que des enquêtes neutres et impartiales soient diligentées pour traduire les responsables de tous ces crimes devant la justice.

Les FDLR rappellent que la crise humanitaire en cours à l’Est de la RDC ainsi que tous les divers crimes qui l’accompagnent sont le résultat direct de cette guerre que des ennemis de la paix et leurs sponsors ont imposée aux peuples rwandais et congolais pour les assujettir et s’emparer des énormes richesses dont regorge la Région des Grands Lacs d’Afrique.

Les FDLR restent convaincues que ces va-t-en-guerre qui occupent actuellement des postes-clés qui les protégent aussi bien dans les gouvernements rwandais et congolais que dans des organismes internationaux devront tôt ou tard répondre de leurs actes devant la justice.

Les FDLR demandent aux peuples de la Région des Grands Lacs d’Afrique, aux médias et à la Communauté Internationale d’être vigilants et de ne pas se laisser manipuler par des propos de M. Alan DOSS dont le soutien aveugle et sans limite au régime criminel et sanguinaire de Kigali n’est plus à démontrer.

Les FDLR restent convaincues que ni la guerre, ni les sanctions injustes et inutiles ne pourront les faire dévier ou reculer de leur  noble objectif principal qui est et reste la libération du peuple rwandais.

Les FDLR invitent toutes les femmes et tous les hommes épris de paix d’œuvrer pour la tenue de négociations directes entre les FDLR et le régime criminel de Kigali afin de mettre en place des institutions véritablement républicaines et démocratiques au Rwanda et de mettre fin par des voies pacifiques au régime hégémonique, sanguinaire et dictatorial qui s’y est installé.

Fait à Paris, le 6 Août 2009

Callixte Mbarushimana

Secrétaire Exécutif des FDLR