Incroyable mais vrai : Nkunda brandit maintenant sa nationalité rwandaise pour retarder son extradition attendue vers la RDC !Kinshasa, 23/02/2009 / Politique
Nouveau et spectaculaire rebondissement du feuilleton du sinistre terroriste tutsi Laurent Nkunda dès lors que ce dernier présente maintenant le suprême subterfuge de sa nationalité rwandaise pour justifier l’obstacle à son extradition à la justice congolaise
Nkunda, de sa prison de Kigali, ne ménage aucun effort pour ne pas être livré aux autorités congolaises. Il ne peut d’ailleurs pas en être autrement quand on sait qu’auteur ou co-auteur de plusieurs crimes contre la Rdc et ses populations, le boucher du CNDP ne se fait aucune illusion sur son sort.

C’est ainsi que, multipliant des manœuvres dilatoires, il vient de trouver la botte secrète afin d’empêcher Kagame de l’extrader.

En fait, Nkunda se présente désormais comme un Rwandais. Sans blague ! Il exhibe pour ce faire, sa vieille carte d’identité rwandaise qu’il avait acquise quand il avait intégré l’Armée patriotique rwandaise (Apr) en 1991, en qualité de sergent.

Qui plus est, l’ancien « chairman » du CNDP, brandit aussi sa carte de membre des Services de renseignements, lors de la libération de Kigali en juillet 1994. En cette dernière qualité, NKunda soutient mordibus qu’il a joué un rôle prépondérant pour l’actuel régime en place à Kigali, car, il a été pour beaucoup dans la chute d’Habyarimana.

Or, on sait que de tels arguments ne sont pas de nature à laisser indifférents, les Tutsis au pouvoir à Kigali. C’est ainsi que certains généraux font désormais ouvertement pression sur Kagame pour qu’il ne livre pas « le compatriote Nkunda » aux autorités congolaises.

Mais, la question que l’on est en droit de se poser  est celle de savoir comment un homme qui bombait le torse à Jomba comme étant un pur-sang congolais, au point d’afficher ses ambitions pour la Présidence de la République, peut, du jour au lendemain, devenir Rwandais.

Quoiqu’il en soit, le plus malheureux dans cette affaire, est Paul Kagame qui semble pris entre le marteau et l’enclume. D’une part, les pressions de ses généraux pro-Nkunda au nom de la solidarité tutsie. De l’autre part, les pressions de    la Communauté internationale déterminée à voir le président rwandais respecter les engagements pris dans le cadre de l’Accord avec Kinshasa. Dans l’un comme dans l’autre cas, le pan semble très risqué pour l’homme fort du Rwanda. Dès lors, le glas va-t-il sonner pour Paul Kagame ?

(DN/Ern./GW/Yes)

Le Palmarès