Le Gouvernement congolais vient d’arrêter la procédure judiciaire lancée contre le Général Major Laurent NKUDA MIHIGO, Président du Congrès National pour la Défense du Peuple, CNDP en sigle.

Le rebelle Laurent Nkunda amnistié?

Suite à l’accord de paix signé mercredi à Goma, entre le gouvernement congolais, les maï-maï, et les membres du CNDP, Laurent Nkunda pourra peut-être bénéficier de l’amnistie accordée aux membres des groupes armés.

Le rebelle Laurent Nkunda amnistié?

Le ministre congolais de la Justice, aurait, dans un courrier adressé au ministre de la Coopération internationale et régionale, affirmé : « L’engagement du gouvernement est d’accorder l’amnistie aux membres des groupes armés ayant opéré au Nord-Kivu et au Sud-Kivu, notamment le CNDP, pour consolider la paix et assurer la concorde nationale ».

Paroles confirmées par la signature, mercredi, d’un accord de paix entre le gouvernement congolais, les milices Maï-Maï, et les partisans de Nkunda, dans le but de mettre fin aux affrontements interminables dans le Kivu. Les Nations-Unies, les Etats-Unis et l’Union Européenne ont supervisé ces négociations qui ont duré près de deux semaines. Résultat : un accord prévoyant un cessez-le-feu immédiat a été conclu, une zone tampon sera créée dans un délai de cinq jours, et une commission technique s’occupera du désarmement des groupes armés et de leur démobilisation ou intégration à l’armée nationale.

L’amnistie, promise aux milices Maï-Maï et aux rebelles du CDNP, porte sur l’insurrection et sur les faits de guerre mais pas sur les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité. Or, le mandat d’arrêt qui avait été lancé contre Laurent Nkunda pour crimes de guerre n’a jamais été renouvelé par le gouvernement congolais. En signant cet accord de paix, le gouvernement congolais semble avoir mis un frein à la procédure judiciaire lancée contre le rebelle tutsi. En effet, « un mandat d’arrêt doit être renouvelé tous les trois mois pour rester d’application et cela n’a jamais été fait », explique vendredi un membre de la délégation gouvernementale congolaise.

Rappelons que, Laurent Nkunda, surnommé le « Chairman » par ses partisans, est retenu au Rwanda depuis le 22 janvier dernier, arrêté lors d’une offensive rwando-congolaise contre son fief dans le Nord-Kivu. La capture du chef rebelle tutsi avait été perçue comme le premier acte significatif la nouvelle alliance entre la RDCongo et le Rwanda. Depuis, le gouvernement congolais avait, à maintes reprises, demandé son extradition. Demande qui était restée sans réponse.