Au moins 5.000 soldats rwandais sont déployés au Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), dans le cadre de l'opération conjointe avec l'armée congolaise contre les rebelles hutu rwandais, selon la mission de l'ONU dans le pays (Monuc).

"D'après nos estimations, les militaires rwandais sont au minimum 5.000 aujourd'hui dans le pays", a déclaré à l'AFP le porte-parole militaire de la Monuc, le lieutenant-colonel Jean-Paul Dietrich.

Une précédente estimation de la Monuc faisait état de 3.500 à 4.000 soldats rwandais qui avaient pénétré le 20 janvier sur le territoire congolais, dans la province du Nord-Kivu, avec l'accord de Kinshasa.

Ces troupes, des éléments de renseignements selon le gouvernement congolais, participent à une vaste opération conjointe contre les rebelles hutu rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), réfugiés dans l'est de la RDC depuis le génocide de 1994 au Rwanda.

Cette opération a eu comme premier résultat significatif l'arrestation du chef tutsi de la rébellion congolaise, Laurent Nkunda, capturé jeudi soir.

Samedi matin, des centaines de militaires rwandais faisaient route en deux colonnes et à pied vers la ville de Rutshuru, à 50 km au nord de Goma, la capitale provinciale, ont indiqué des témoins à l'AFP.

Il n'était cependant pas possible de confirmer s'ils avaient pénétré le jour-même en territoire congolais.

Une colonne d'environ 600 hommes, équivalent d'un bataillon, faisait route depuis Kibumba (15 km au nord de Goma) vers le nord. Une autre colonne, également de près de 500 soldats, se dirigeait depuis Bunagana (frontière RDC-Ouganda-Rwanda) vers l'ouest, aussi en direction de Rutshuru.

Les troupes rwandaises qui ont pénétré mardi 20 janvier en RDC ont depuis pénétré en profondeur en territoire congolais, se dirigeant vers les sanctuaires des FDLR.