Cette fois-ci, la Monuc doit demander des comptes au gouvernement provincial du Nord Kivu sur ces meurtres. Il est
inacceptable que des hommes qui quittent leurs pays pour venir aider un gouvernement, se fassent lyncher comme des
vulgaires criminels, par une foule manipulée par des autorités aux abois qui ont fait de la corruption leur mode de gestion.
Selon l’agence de presse catholique Misna, deux soldats de maintien de la paix appartenant à la force onusienne en
république démocratique du Congo, Monuc, ont trouvé la mort ce mardi, suite aux accrochages avec une foule en pleine
colère. Depuis quelques temps, les autorités congolaises manipulaient les populations, en attisant en elles, la haine de
la mission onusienne, en leur disant que c’est la Monuc qui soutient les forces rebelles, alors qu’elles sont victimes de
leur mauvaise gestion. Profitant de leur puissance médiatique et de leur influence populaire, ces autorités ne laissent
passer aucune occasion, pour dire tout le mal qu’ils pensent de la mission onusienne. Malgré tout ce que cette force
apporte comme soutien à ce gouvernement, il continue de demander plus. Dans cette affaire, le gouvernement congolais
agit avec une duplicité hors du commun. Or, le Général sénégalais Babacar Gaye, ancien commandant en chef de la
Monuc l’avait mentionné : « jamais une force onusienne n’est allé aussi loin dans le soutien apporté à un gouvernement.
» Mais les autorités de Kinshasa préfèrent faire la politique de la tête brûlée qui risque de se retourner contre elles. Voici
que la force onusienne qui fait de son mieux pour sauver Joseph Kabila vient de perdre deux de ses militaires. Que va dire
leurs gouvernements respectifs ? Quelle sera la réaction de leurs familles ? Il est temps pour les Nations Unies de
laisser Joseph Kabila assumer les conséquences de ses choix politiques. Que s’est-il passé au juste ?

     Comme d’habitude, la population de Goma vient d’être encore victime de la manipulation politique, œuvre des
autorités irresponsables. Le gouvernement local estime qu’il faut passer par les manifestations populaires, pour pousser
les Nations Unies à agir en sa faveur. Ce qui le pousse à inciter la population à agir par Société Civile interposée. Ce qui
vient de se passer n’est pas une nouveauté. Il s’agit d’une répétition de ce qui s’était déjà passé. Cette fois-ci, mort d’
hommes s’en est suivi. Les autorités du Nord Kivu doivent être poursuivies pour ces meurtres inacceptables. Après les
affrontements entre la force onusienne et la population en ébullition, la police nationale congolaise est venue calmer la
situation. Elle a ainsi tiré sur les manifestants jusqu’à tuer quelques quatre personnes. Ce que la population n’a pas du
tout digéré. Elle s’est donc réfugiée sur les pierres comme le lui avait recommandé l’ancien ministre de l’intérieur, Denis
Kalume Numbi. Elle a donc commencée à lancer des coups de pierres sur les installations de la Monuc, les véhicules de
la force onusienne et sur les militaires de l’ONU. Dans cette violence téléguidée, un casque bleu de la Monuc a été atteint
d’une pierre sur la tête. Selon l’agence Misna, il n’a pas survécu à sa blessure. Dans la même hystérie populaire, un autre
casque bleu qui voulait aller au secours de son frère d’armes, s’est vu investi par une foule sans pitié. Celle-ci lui a
administré des coups jusqu’à ce qu’il en est mort. C’est tout simplement inacceptable. C’est l’horreur ! On se demande
jusque à quand, les Nations Unies vont continuer à soutenir ce gouvernement inique, qui n’hésite pas à cracher sur l’
assiette qui lui sert à manger. Il faudrait que la Monuc tire les leçons de ces meurtres barbares pour diligenter des
enquêtes sur ces manipulateurs des foules que sont les autorités locales et nationales. Le général Vicente Diaz de
Villegas avait raison de démissionner. La Monuc doit se ressaisir et reconnaître que Joseph Kabila n’est pas sérieux. C’
est un mauvais cheval sur lequel ils ont misé. Sinon, il sera trop tard.