Delly Sessanga, José Makila et Mohamed Bule quittent la réunion du collège des fondateurs

Le Mouvement de libération du Congo (MLC) traverse depuis quelques temps une zone de turbulences suite à des divergences de vue entre certains de ses grands ténors.

En effet, la dernière réunion du collège des fondateurs a révélé la crise qui couve au sein du parti du président national Jean-Pierre Bemba Gombo. Muni des mandats lui procurée par José Makila et le général Mohamed Bule, respectivement gouverneur de la province de l'Equateur et député du MLC de Buta dans la Province Orientale, le député national Delly Sessanga a quitté la réunion du Collège des fondateurs du MLC qui s'était réuni hier dimanche 26 octobre 2008 au siège du parti.

Il entendait ainsi protester contre la décision de certains membres du collège de fondateurs qui voulaient procéder à la modification des statuts du parti et la restructuration des organes.

Pour le député de Luiza, dans le Kasaï Occidental, le collège des fondateurs du MLC viole le texte qui réglemente le fonctionnement du parti.

" Le collège des fondateurs tue le débat démocratique interne en supprimant d'autorité certains organes et en se donnant des pouvoirs exorbitants non prévus par les textes. Et cela par des procédés qui violent les statuts du Mouvement de libération du Congo ", a déclaré le député Delly Sessanga.

Il a constaté qu'en parcourant les statuts, seul le Congrès peut procéder à la modification et à la restructuration des organes statutaires.

De ce fait, Delly Sessanga s'engage à ne pas reconnaître des structures non issues d'un organe légitime tel que prévu par les statuts et qui engage la base. " Le collège des fondateurs n'a pas pouvoir de se substituer au congrès du parti connu sous le nom du Conseil des représentants pour des motifs fallacieux. En ce qui nous concerne, nous n'entendons pas cautionner une dénaturation permanente des dispositions statutaires par un groupe illégitime et illégal surtout en ce moment où l'attention de toute la base est focalisée sur la situation du président national du MLC, Jean-Pierre Bemba, pris en otage par un tribunal politique ", a martelé Delly Sessanga.

Le député national a enfin appelé les membres du Collège des fondateurs du MLC qui se sont illustrés par cette erreur grave à se ressaisir et à renoncer à prendre ces décisions qui risquent de nuire à l'image de marque du mouvement de libération du Congo.