Le système d'encerclement de la R.D.C se complète un peu
plus aujourd'hui, pour donner l'image suivante à la tête de l'Etat:
-Chef de l'Etat: Hyppolite Kanambe alias Joseph KABILA, sujet
rwando-tanzanien;
-Président du Parlement national: Vital Kamerhe, sujet burundais se
déclarant congolais pour des raisons particulières;
-Président du Sénat national: Léon LOBITCH, alias Kengo wa DONDO, sujet
belgo-polonais-rwandais se voulant congolais pour jouir seulement du
pouvoir.
         Sans compter l'installation, à de nombreux postes importants
civils ou militaires, d'individus de même espèce, on peut dire que les
couloirs, les corridors et les sentiers du pouvoir sont aujourd'ui
contrôlés par des personnages dont le dernier des soucis est la dignité du
peuple congolais. Mais pour le compte de qui?
         Pour appuyer notre propos, examinons un peu le passé politique
du dernier arrivé aux allées du pouvoir: Léon LOBITCH le souvenir que
le peuple congolais garde de lui est de la "pillule amère" pour le plus
grand bien de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire
Internationale(FMI).  Le peuple lui reconnaît sa grande capacité à se servir ( se
rappeler le fameux building de la Rigueur) et à utiliser ses mandats
politiques pour régler des comptes à ceux qui peuvent faire obstacle à ses
appétits, cela sous des apparences hypocrites de "rigueur".
        Comme la Banque Mondiale et le FMI ne croient qu'en lui, il ya
lieu de croire que ces institutions vont s'appuyer sur lui pour
accepter de libérer des financements en faveur du Congo( le deplacement de
Karel de gucht aux USA). Les congolais peuvent déjà faire le deuil de leur
développement car la Banque Mondiale et le FMI n'ont jamais réussi à
développer nul pays au monde. Demain, de nouveaux buildings de la rigueur
seront construits, de nouveaux comptes dans les paradis fiscaux seront
ouverts et la liquidation cynique du Congo va s'accélérer par de
montages juridiquement sains couvrant des contrats léonins.
         La récente victime du cynisme de Léon LOBITCH n'est rien
d'autre que son allié de circonstance, JEAN PIERRE BEMBA, poussé à la faute
juste pour se faire disqualifier à la course à la présidence du Sénat 
( le 22/03/2007 au moment même de l'attaque de la résidence de BEMBA
vers 11 H,  c’est au même moment que Léon LOBITCH était en réunion au
Ministère belge des Affaires Etrangèrs et de la Coopération). Le Senat,
désormais aux mains de Léon LOBITCH, grand symbole des collaborateurs
mobutistes, on peut passer à la solde politique de l'Union pour la Nation
(UN) passée pour pertes et profits en faveur d'une fausse opposition.
Demain d'autres jeux cyniques et téméraires conduiront peut-être à des
élections anticipées ou à des coups d'Etat. Sait-on jamais.
QUI VIVRA, VERRA!
TOLOBAKITE?
BANA-CONGO
KIKONKA KILU KANDA AUBIN

www.banacongo.afrikblog.com