Le Complot ourdi par certains gouvernants belges contre la Personne Sacrée du Roi, contre Le Peuple Belge et contre Le Peuple Congolais se précise!

Hyppolite Kanambe, alias “Joseph Kabila”, en Belgique à la fin de ce mois!

Selon la presse flamande(De Tijd), Hyppolite Kanambé sera bel EST bien en Belgique à la fin de ce mois, selon encore ce journal Le Premier ministre belge et Le Roi Albert II se prépareraient à effectuer un voyage d'état au Congo vers la fin du mois de mars ou début avril répondant ainsi à l'invitation leur adressée par Kanambé.

Ci-après se trouve l'éditorial de l'hébdomadaire flamand de qualité "Knack" du mercredi 17 janvier 2007. Le directeur et rédacteur en chef, Rik Van Cauwelaert se prononce sur l'éventuel voyage du Roi Des belges Albert II au Congo.

Il fait remarquer qu'il y a discussion au sein du gouvernement belge en faveur d'une visite royale au Congo,  l'enthousiasme EST grand du côté Des partis de la majorité MR et PS.

Il nous rappelle que, du côté Des libéraux francophones (MR), Messieurs Didier Reynders (vice-premier ministre et président du MR) et Armand De Decker (Ministre de la Coopération au développement) Ont fait Le voyage vers Kinshasa pendant la campagne électorale pour Le marriage de Monsieur Kabila et que  Monsieur Louis Michel (commissaire européen au au développement) présentait Monsieur Kabila comme l'espoir du Congo, cela lui a valu d'ailleurs une réprimande au Parlement européen.

Le rédacteur en chef du Knack poursuit : avant les élections, Monsieur Karel De Gucht (ministre Des affaires étrangères) a dit FRANCHEMENT, de retour d'un voyage à Kinshasa, qu'il y avait rencontré peu d'hommes politiques capables.  Ce premier ajoute qu'aujourd'hui, Le Congo EST toujours dirigé par les mêmes kleptocrates, seulement ils Ont à présent réussi à se faire élire.

Pour ceux qui l'ignorent, Le Knack du 20 décembre 06 a évoqué la lettre du feu Cardinal Etsou du 30 novembre 06 à la Conférence épiscopale, lettre dans laquelle IL dévoilait ses doutes sur les résultats de l'élection du second tour.

Dans son éditorial du 17 janvier 07, ce brillant rédacteur continue par Le constat que Le Congo a, à première vue, connu Des élections démocratiques et que Le président Joseph Kabila EST Le premier président depuis Joseph Kasavubu, qui semble avoir un semblant de légitimité.  Cependant, la situation au Congo, reste, d'après Le Conseil de Sécurité Des Nations Unies, "une menace pour la paix internationale et la sécurité dans cette région" d'Afrique.  Cela EST certainement une raison pour l'ONU (pas is accomodante) de renforcer encore as force de paix au Congo.

Monsieur Van Cauwelaert cite Le rapport mensuel sur les droits de l'Homme de la MONUC.  De celui-ci, IL dit qu'il se laisse lire comme un catalogue de tous les méfaits et horreur inaginables, souvent commis par Des soldats et officiers de l'armée congolaise.  Par ailleurs, Des rapports sur les pillage Des richesses du Sol congolais fait avec l'aide de Monsieur Kabila et son entourage sont vite brossés sous Le tapis.

Il souligne que dans l'entre-temps, Monsieur Kabila règle les comptes de ses opposants de manière impitoyable.  Ainsi l'ancienne candidate à la présidence, Marie-Thérèse Nlandu, avocate et activiste qu au deuxième tour Des élections présidentielles avait opté pour Le camps de Jean-Pierre Bemba et interveanit par la suite comme conseillère de ce dernier, se retrouve depuis Des semaines dans la prison de Makala à Kinshasa.

Nlandu EST accusée d'avoir incité Des partisans à un incendie volontaire dans Le bâtiment de la Cour Suprême de Justice à Kinshasa - alors qu'elle se trouvait à ce moment dans Le bâtiment - et de possession d'armes de guerre.  Vu la nature Des accusations qui, d'après Des organisations de droits de l'Homme, NE repose sur rien, Nlandu doit paraître devant Le conseil de guerre.

Amnesty International et la Fondation Bill Clinton pour la Paix Ont protesté contre l'arrestation et Le traitement (détention) de Marie-Thérèse Nlandu.  Au ministère Des Affaires étrangères, on a Le regard sur la question. Un diplomate belge suit cette affaire de près.  Mais une protestation officielle, sans parler d'une demande d'explication du côté belge, IL n'en ait pas question.

La Belgique n'a pas non plus demandé Des explications surles fosses communes qui Ont été découvertes récemment dans l'Est du COngo et qui sont Le résultat Des massacres commis par l'armée congolaise.

Monsieur Kabila se maintient avec l'appui Des financiers obscurs et de criminels de guerre qui, d'après les Nations Unies, Ont été incorporés dans l'armée congolaise. Au rédacteur en chef du Knack de conclure : Légitimer internationalement ce régime par une visite du chef de l'Etat belge n'est pas seulement téméraire.  Ce serait aussi criminel.

PAT.KANKU